NOM :                 TRAYAUD

PRÉNOM:            Louis Gabriel

NÉ LE :                  8 Avril 1998 à Paris

NATIONALITÉ :    Français

DEMEURANT :    13, Av. des vergers – BOURG-LA-REINE

PROFESSION :   Inspecteur de Police spécial jusqu’au 13 Juin 1940.

Puis, Gérant de la Sté TEXTIMA d’Août 1940 à Septembre 1941.

Puis, Gérant  de la Sté Parisienne de Brasserie, propriétaire du restaurant le Péristyle.

 

LIENS  AVEC SZKOLNIKOFF :

TRAYAUD en tant qu’inspecteur Spécial était chargé de surveiller depuis 1934 ou 1935  SZKOLNIKOFF, qui était menacé d’expulsion (condamnation pour escroquerie)

C’est ainsi que deux les hommes se sont connus.

A partir de 1940, il passe au service de SZKOLNIKOFF et devient Gérant de la Société TEXTIMA.

Il reconnaît savoir  qu’à partir du 15 Juin 1940, SZKOLNIKOFF travaille pour les allemands.

Il connaît aussi MARTINAUD :

« .. Ces deux hommes[1] s’entendaient très bien, ils déjeunaient tous les jours ensemble… »[2]

 

FAITS REPROCHÉS:

-          Achète 5 actions pour 5.000 francs  de la Sté TEXTIMA et en devient le co-gérant.

-          Mais apparaît comme porteur de 25 actions. Il ne sait pas pourquoi ? et il n’était pas au courant ?

-          Lors de la fermeture de TEXTIMA, il reconnaît avoir reçu 600.000 frs [3]de la main à la main, de la part de SZKOLNIKOFF.

-          Demande à SZKOLNIKOFF d’acheter avec lui le restaurant PERISTYLE, au travers de la société Parisienne de Brasserie  (SZKOLNIKOFF : 211 parts via son Prête-nom  MARTINAUD  –   TRAYAUD : 90 parts).

-          Reconnait que SZKOLNIKOFF lui a dit de garder tous les bénéfices de la société pour lui.

-          Serait apparu comme actionnaire de la Sté SCOIN, à son insu ?

« …Michel ou ses hommes d’affaires, c’est-à-dire MARTINAUD ou PETIT-NOUVELLON, ont dû se servir de mon nom sans même m’en informer. »[4]

 

 

 

 

 

PROCÉDURE :

. 05-04-1945 – Rapport sommaire de l’Inspecteur MARTEL

. 11-07-1945 -   Décision du 2ème Comité des Profits Illicites de la Seine :

Solidaire de SZKOLNIKOFF à hauteur de

Confiscation : 1.500.000 Frs

Amende        : 1.501.000 Frs

. 03-09- 1945 – Mémoire pour recours

. 29-05-1946 – Rapport du Président sur recours – Rejet -

. 04-10-1946 – 2ème rapport du Président – Rejet -

. 21-03-1949 – Décision de rejet du Conseil d’Etat

. 03-11-1949 – Renvoi au 5ème Comité

. 25-09-1951 – Demande de remise par l’avocat

. 12-01-1952 – Demande de délais de paiement accordée

 

 

DÉCISION FINALE :

CONFISCATION :    1.500.000 Francs

AMENDE             :   1.501.000 francs

«  … DECIDE

Art. 1º – La fraction des profits se rattachant à la complicité de M.TRAYAUD confisqués à l’encontre de SZKOLNIKOFF Mendel dit Michel et mise à sa charge est arrêtée à  1.500.000 francs.»[5]

1949-03- Rejet du Conseil d’Etat


[1] SZKOLNIKOFF et MARTINAUD – audition du 23-01-1945

[2] Audition du 23-01-1945 devant le Commissaire de Police

[3] Donc, sans conteste,  de l’argent provenant  des profits illicites de SZKOLNIKOFF

 

[4] Audition du 23-01-1945 devant le Commissaire de Police

 

[5] Décision du 2ème Comité en date du 15 Juillet 1945.